Comprendre le déficit commercial français (Xerfi)

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Comprendre-le-deficit-commercial-chronique-de-la-France_3747212.html

Publicités

Qu’attendre des relocalisations ? (Le Monde)

« Les relocalisations créent peu d’emplois directs » (Le Monde du 8 avril 2019)
Propos Recueillis Par C. Qu.
El Mouhoub Mouhoud est professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, spécialiste des délocalisations. Entretien.
Assiste-t-on à un mouvement de relocalisation en France ?
Cela dépend sur quels segments on se situe. Il y a effectivement un mouvement de relocalisation pour les secteurs pondéreux [qui utilisent des matériaux lourds, comme le bois]. Dans ces secteurs, les coûts de transport ne sont pas neutres et il n’y a pas d’obstacles à l’automatisation et à la robotisation des tâches d’assemblage, ce qui permet de réduire les coûts salariaux.
Dans d’autres secteurs plus « légers », en revanche, comme l’habillement, les relocalisations restent anecdotiques. Dans l’habillement, les activités d’assemblage ne sont pas aisément robotisables : la main-d’œuvre représente encore 70 % du coût total de l’assemblage. Comme il s’agit également de produits légers, ils sont moins touchés par la hausse du coût du transport et de l’énergie. Les relocalisations concernent seulement les petites séries ou lorsqu’il y a des problèmes de qualité du produit final.
On en parle moins, mais il y a aussi un mouvement de délocalisation des services, permis par le développement des technologies de l’information et de la communication et qui concerne un nombre de plus en plus grand de services : dans l’informatique, le médical, etc. Ce mouvement devrait s’amplifier dans les années à venir.
Le « made in France » peut-il inciter les entreprises à relocaliser ?
Malgré l’instauration de labels spécialisés, il n’est toujours pas possible pour le consommateur d’établir une traçabilité précise des produits. L’étiquette « fabriqué en France » signifie seulement que la dernière opération sur le produit a été réalisée en France. Il est donc facile aux entreprises de faire du « made in France » minimal. Il y a bien eu quelques cas de relocalisation ultra-médiatisés, comme Atol ou Rossignol, mais cela concerne en général un segment minoritaire de la production et sans qu’il y ait forcément beaucoup de créations d’emplois à la clé. Atol, par exemple, a seulement relocalisé son segment haut de gamme et a mis en place un process de fabrication totalement automatisé. Peu d’emplois ont été créés finalement.
Vous estimez que l’impact des relocalisations sur l’emploi est finalement marginal. Pourquoi ?
Quand les firmes relocalisent, elles rationalisent leurs processus productifs et robotisent leurs chaînes d’assemblage. Les relocalisations de retour, qui correspondent à une simple inversion des différences de coûts salariaux unitaires entre le Nord et le Sud grâce à la robotisation des tâches d’assemblage, créent peu d’emplois directs mais ont des effets sur la régénération du tissu industriel auprès des sous-traitants locaux. Plus intéressantes sont les relocalisations de développement compétitif, fondées sur l’innovation de produits dans des niches sur lesquelles les savoir-faire étaient absents en France, qui permettent de relancer des dynamiques régionales tout à fait intéressantes.
Comment expliquer les bons chiffres de l’Insee sur les créations d’emplois dans le secteur textile ?
La hausse des coûts salariaux unitaires dans les pays asiatiques et les progrès technologiques, dans les procédés comme dans les produits, expliquent la relance de ce secteur en matière d’emplois. Il faut tout de même relativiser cette reprise : la filière avait perdu beaucoup d’emplois depuis la fin des années 1980.

Evolution des inégalités et l’éléphant de B.Milanovic

Une présentation de la courbe désormais célèbre de Branko Milanovic par Olivier Galland sur Telos : https://www.telos-eu.com/fr/economie/que-nous-dit-la-courbe-de-lelephant-de-branko-mila.html

Que nous dit la «courbe de l’éléphant» de Branko Milanovic?

29 octobre 2018

Dans un livre publié en 2016[1] qui a fait grand bruit parmi les économistes s’intéressant aux inégalités, Branko Milanovic analyse la redistribution du revenu mondial opérée sur une vingtaine d’années, entre la chute du mur de Berlin et la crise de 2008. Une courbe issue de ce travail est déjà passée à la postérité, la courbe dite de l’éléphant, parce que sa forme, décrivant la croissance du revenu moyen de chaque fractile des revenus mondiaux (des 5% les plus pauvres aux 1% les plus riches), évoque celle d’un éléphant relevant sa trompe (voir la figure 1).

La démarche de Milanovic est originale parce qu’il s’intéresse à l’inégalité à l’échelle mondiale en comparant l’ensemble des revenus de la planète, donc par exemple, ceux des pauvres américains aux riches chinois. Ce travail est techniquement complexe car il suppose de compiler des enquêtes nationales sur les revenus des ménages[2]. Branko Milanovic et son collègue Christoph Lakner plaident d’ailleurs pour qu’un modèle international unique d’enquête sur les revenus des ménages, confiée aux instituts statistiques nationaux, soit implémenté par la Banque mondiale ou les Nations Unies. Cette comparaison des revenus à l’échelle mondiale est nécessaire car les revenus des habitants de chaque pays sont de plus en plus affectés par les transformations économiques résultant de la mondialisation. C’est bien d’ailleurs ce que montre la fameuse courbe de l’éléphant, une redistribution des revenus à l’échelle mondiale. Cela permet de répondre, en partie, à la question : quels sont les gagnants et les perdants de la mondialisation ?

L’inégalité globale reste élevée et est due essentiellement aux écarts entre pays

Avant de commenter la figure elle-même, un mot sur les résultats concernant l’inégalité mondiale. Celle-ci reste extrêmement élevée, par rapport à l’inégalité mesurée à l’intérieur de chaque pays. En 2008, d’après les calculs des auteurs, l’indice de Gini du revenu mondial (qui va de 0 égalité parfaite à 1 inégalité parfaite) était légèrement supérieur à 0,7. Par comparaison, l’indice de Gini en France en 2008 était de 0,289  et de 0,41 aux États-Unis, pays très inégalitaire. Néanmoins nous sommes entrés dans une ère de déclin de l’inégalité mondiale : en 2013, d’après les calculs d’un autre économiste (Max Roser[3]) le coefficient de Gini du revenu mondial s’est établi à 0,649, en baisse de 10% depuis 1988.

L’inégalité entre pays, bien qu’elle ait diminué (du fait de la mondialisation et de l’essor économique des pays du sud-est asiatique), reste le facteur contribuant principalement à l’inégalité globale. Les auteurs calculent ainsi qu’égaliser tous les revenus au sein de chaque pays ne réduirait l’inégalité mondiale que de 23%, alors que l’opération inverse – égaliser les revenus entre pays sans toucher à l’inégalité intra-pays  – la réduirait de 77%. C’est ce qui fait dire à Branco Milanovic que la situation des individus dépend d’abord et avant tout de l’endroit où ils sont nés. Et c’est ce qui le conduit à plaider pour mesurer l’inégalité à l’échelle mondiale.

Les gagnants et les perdants de la mondialisation

La courbe de l’éléphant de la figure 1 montre donc la croissance du revenu moyen (en ordonnée) des différents fractiles de la distribution mondiale des revenus entre 1988 et 2008 (en abscisse) dans 120 pays. Un triple enseignement s’en dégage. Tout d’abord les 5% les plus pauvres n’ont pas réduit leur handicap relatif puisque, même si leur revenu s’est accru, il l’a fait moins vite que le revenu global moyen. Ils font partie des perdants relatifs. Un deuxième groupe de perdants est très différent : c’est celui des revenus situés entre le 80ème et le 95ème percentile –  des revenus donc plutôt élevés à l’échelle mondiale (mais pas forcément à l’échelle des pays riches) – qui ont également progressé moins vite que le revenu global ; ils se sont relativement appauvris.

Il y a enfin les gagnants qui se divisent en deux groupes très différents : les personnes qui se situent autour de la médiane et qui voient leurs revenus réels presque doubler et enfin les 1% les plus riches de la planète dont les revenus, déjà très élevés, ont continué de croître fortement (+65%) durant la période étudiée. Il faut bien sûr garder à l’esprit qu’on parle ici d’écarts relatifs, ce qui fait que les gains au sommet de la distribution des revenus (le 1%) sont incomparablement supérieurs à ceux des revenus autour de la médiane. Les gains absolus par tête des 1% entre les deux dates (en parité de pouvoir d’achat) ont été de 25 000 $, tandis que ceux du revenu médian ont été de 400 $ ! Les 5% des plus riches de la planète ont ainsi accaparé 44% de la croissance du revenu mondial entre les deux dates.

Quelle est la composition de ces différents groupes de gagnants et de perdants de la redistribution mondiale des revenus ? Les personnes situées autour de la médiane sont, à 90% issues des pays émergents d’Asie, surtout la Chine, mais aussi l’Indonésie ou la Thaïlande et à un moindre degré l’Inde, une nouvelle classe moyenne mondiale qui émerge. Les perdants quant à eux, et c’est un résultat sans doute moins attendu, sont principalement issus des économies développées et des anciens pays communistes. Mais, selon les auteurs, même en ne prenant pas en compte ces ex-pays communistes, l’écrasante majorité des membres de ce groupe de « perdants » est issue de « l’ancien monde » des pays riches. Cette classe moyenne des pays développés voit son revenu stagner ou ne plus progresser que faiblement.

La courbe de l’éléphant est évidemment fascinante mais elle a aussi ses limites. Elle a été critiquée sur le plan technique, mais les auteurs répondent de façon assez convaincante à ces critiques[4]. Plus important peut-être, est le fait que, par construction, le monde développé dans son ensemble est concentré dans les derniers déciles de la distribution mondiale des revenus (par exemple, les 5% les plus pauvres des Américains se situent au 68ème percentile), ce qui contribue à rendre presque invisibles les inégalités internes qui s’y jouent (en dehors du 1% du haut de la distribution). Il est difficile à la fois d’élargir la focale et de la resserrer. Ce que Lakner et Milanovic appellent donc les « classes moyennes » des pays riches reste un concept assez flou dont on a un peu de mal à cerner les contours.

Quelles implications politiques ?

Si le travail de Lakner et Milanovic est pris au sérieux, et il a toutes les raisons de l’être, les implications politiques sont nombreuses. On est évidemment tenté de mettre en parallèle les deux évolutions principales qu’il met en lumière  – l’émergence de la classe moyenne asiatique et le déclin relatif de la classe moyenne des pays riches – même si nos deux auteurs refusent prudemment d’affirmer un lien de causalité que leurs données ne permettent effectivement pas d’établir. La concomitance des deux évolutions n’en est pas moins frappante. Est-elle le signe avant-coureur du basculement de la domination économique de « l’ancien monde » des pays riches vers le « nouveau monde » des pays émergents, essentiellement asiatiques ?

Ensuite, le déclin de la classe moyenne occidentale, s’il se confirme, parallèlement à la montée d’une élite mondiale largement détachée de son appartenance nationale, peut constituer une menace pour la stabilité de la démocratie. Lakner et Milanovic évoquent le risque d’une dérive de la démocratie vers des formes de ploutocratie, d’un gouvernement par les riches. C’est sans doute excessif. Mais il est indéniable qu’une partie des classes moyennes des pays développés se sent aujourd’hui lésée par la mondialisation en cours. En examinant la courbe de l’éléphant on ne peut pas leur donner tout à fait tort.

Un des points sans doute les plus importants qui ressort du travail de ces deux économistes est la mise en lumière du rôle crucial que joue le pays de naissance dans le destin des individus. Le débat sur l’inégalité se focalise le plus souvent sur les écarts entre groupes sociaux internes à chaque pays, alors que l’enjeu est d’abord et de plus en plus, mondial. Le paradoxe est que l’inégalité interne se renforce alors que l’inégalité inter-pays diminue. Mais cette diminution se fait, peut-être, au détriment des classes moyennes de l’ancien monde. Cela peut évidemment alimenter le nationalisme économique et le nationalisme tout court, dont les signes de développement sont patents. Notons pour finir une autre implication de ce déterminisme du pays d’origine : les migrants économiques des pays les plus pauvres ont probablement cette intuition que pour échapper à leur destin misérable ils doivent fuir leur pays de naissance.

 

[1] Branko Milanovic, Global Inequality: A New Approach for the Age of Globalization, Belknap Harvard, 2016 ; voir aussi Christoph Lakner et Branko Milanovic, « Global Income Distribution : From the Fall of the Berlin Wall to the Great Recession », The World Bank Economic Review, vol. 30, n°2, 2015, p.203-232, accessible en ligne sur la page de Christoph Lakner et également l’article en ligne sur le site de notre partenaire VoxEU.

[2] Les deux auteurs qui travaillent à la Banque mondiale ont créé en son sein la World Panel Distribution Database sur laquelle s’appuie leur étude. Elle compile des données d’enquêtes auprès des ménages (565 au total) sur la consommation (dans les pays pauvres, PovcalNet database) et sur les revenus dans les pays riches (World Income Distribution data). Les données son complétées par le Luxembourg Income Study (LIS), le British Household Panel Survey (BHPS) et le European Union Survey of Income and Living Conditions (SILC). La variable clef de l’analyse est le revenu moyen par tête (en parité de pouvoir d’achat 2005) par décile et par pays. L’étude n’utilise pas d’échelle d’équivalence tenant compte de la composition des ménages.

[3] Voir : https://ourworldindata.org/global-economic-inequality#global-income-inequality-increased-for-2-centuries-and-is-now-falling

 

[4] Voir par exemple, les critiques de la Resolution Foundation dont le Financial Times a rendu compte.

Et la réponse de Christoph Lakner .