Protégé : L’entreprise ECE 1

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Quels problèmes pose la faiblesse des taux d’intérêt aujourd’hui ? Excellente synthèse par O.Passet

Quels problèmes pose la faiblesse des taux d’intérêt aujourd’hui ? Excellente synthèse par O.Passet

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-L-autodestruction-du-capitalisme-par-la-chute-des-taux_3747871.html

 

B.Eichengreen à propos du Libra (ECE1)

https://www.project-syndicate.org/commentary/libra-looks-like-a-currency-without-a-purpose-by-barry-eichengreen-2019-10/french

La Libra verra-t-elle le jour ?

CHICAGO – Projet de cryptomonnaie stable (ou « stablecoin ») entrepris par Facebook, la Libra semble compromise depuis que PayPal, Visa, Mastercard, Stripe, eBay et Mercado Pago ont refusé d’en être les sponsors potentiels. Ce refus n’a rien de surprenant compte tenu d’inquiétudes croissantes autour des possibles de la Libra. En effet, si elle confère l’anonymat à ses utilisateurs, la Libra deviendra une plateforme propice à l’évasion fiscale, au blanchiment d’argent, ainsi qu’au financement du terrorisme. De même, si les protections de confidentialité qui lui sont associées restent aussi peu avancées, la Libra permettra à Facebook d’accéder aux renseignements financiers les plus intimes de ses utilisateurs.

La Libra soulève par ailleurs un certain nombre de risques pour la stabilité économique et financière. Même si le stablecoin de Facebook était soutenu par un portefeuille d’« actifs faiblement volatils », quiconque a vécu la crise financière mondiale de 2008 sait pertinemment que la faible volatilité correspond davantage à un état d’esprit qu’à l’attribut intrinsèque d’un actif. Si les prix des obligations au sein d’un portefeuille de réserve venaient à chuter en raison d’une augmentation inattendue des taux d’intérêts, ces obligations pourraient alors devenir inadaptées au rachat de toute la Libra en circulation. Dès lors, la réserve connaîtrait l’équivalent d’une panique bancaire. La Libra fonctionnant par ailleurs comme une caisse d’émission, aucun prêteur de dernier recours n’interviendrait.La cryptomonnaie de Facebook pourrait également affecter la capacité stabilisatrice des politiques monétaires et réglementaires. Si la population d’un État venait à s’éloigner de sa monnaie nationale, les politiques de fixation des taux d’intérêt de la banque centrale concernée deviendraient viciées. Or, pour en apprécier les conséquences, il suffit d’observer la longue et douloureuse expérience de dollarisation financière de l’Argentine.Enfin, les gouvernements habitués à user de contrôles pour réguler les flux de capitaux découvriraient combien l’évasion fiscale se trouve facilitée. Leur économie se retrouverait entièrement exposée aux faiblesses des marchés financiers mondiaux. Il s’agirait d’une « rupture » associée à une vengeance.Le déploiement de la Libra exigera l’approbation des régulateurs. Les partisans de cette nouvelle cryptomonnaie en font valoir les bienfaits sociaux majeurs, et considèrent qu’elle mérite d’être autorisée. La Libra est vouée, disent-ils, à réduire le coût des paiements transfrontaliers et les dépenses liées aux envois de fonds à l’étranger, ainsi qu’à offrir des services financiers aux masses non bancarisées.Bien que ces arguments en faveur de la Libra s’avèrent recevables, ils sont absolument superflus. Le coût des paiements transfrontaliers est d’ores et déjà en baisse aujourd’hui. La société Ripple, basée à San Francisco, recourt à une technologie de registre distribué ainsi qu’à une cryptomonnaie brevetée afin de faciliter les transferts entre banques commerciales, pour un fraction du coût initial.

Ripple coopérant avec des banques commerciales soumises à des obligations de connaissance du client ainsi qu’à d’autres contraintes réglementaires, sa technologie de paiement ne soulève pas les mêmes problèmes que la Libra. Des établissements bancaires tels que Santander utilisent d’ores et déjà cette technologie pour relier l’Europe aux États-Unis, et prochainement les États-Unis à l’Amérique latine.

La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication  (SWIFT), réseau via lequel s’effectuent traditionnellement les transferts interbancaires, n’entend pas rester inactive face à cette offensive. Elle teste un système baptisé « SWIFT gpi Instant » pour le transfert de fonds entre les banques d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, avec un règlement des paiements en seulement 13 secondes. Le système SWIFT gpi Instant s’appuie sur d’autres mécanismes de paiement instantané en continu nouvellement mis en place, tels que les systèmes Fast and Secure Transfers (FAST) de Singapour, et TARGET Instant Payment Settlement (TIPS) de la Banque centrale européenne. Une fois que la Réserve fédérale aura elle-même déployé un système de paiement et de règlement en temps réel sans interruption, d’ici 2023 ou 2024, ce réseau sera encore plus développé.Si le projet de SWIFT ne recourt pas à une technologie de registre distribué, consistant à vérifier les transactions en enregistrant simultanément en plusieurs lieux les informations qui s’y rattachent, c’est en revanche le cas d’autres initiatives. Ainsi la BCE et la Banque du Japon explorent-elles l’utilisation de cette technologie pour les paiements nationaux et transfrontaliers, dans le cadre de leur « projet Stella » (à ne pas confondre avec le jeu vidéo du même nom).Par ailleurs, des avancées majeures ont d’ores et déjà été accomplies dans la résolution du problème de fonctionnement des services mobiles destinés aux personnes non bancarisées, tels que M-Pesa, qui est né au Kenya, mais qui est aujourd’hui utilisé d’Afghanistan jusqu’en Albanie. Les utilisateurs n’ont pas même besoin d’un compte bancaire, mais seulement d’un téléphone portable et d’un contrat auprès de leur fournisseur de services de télécommunication. Ils peuvent ensuite recharger leur solde à la boutique du coin, le protéger par un code PIN, et l’utiliser pour effectuer des paiements auprès de quiconque dispose d’un compte.Les plateformes de type M-Pesa ne sont d’ailleurs pas seulement utilisées pour effectuer des paiements, mais également pour bénéficier d’autres services financiers, tels que des microprêts. Autrement dit, elles surpassent d’ores et déjà la Libra dans la bancarisation des non bancarisés.Les détracteurs de ce type de services en dénoncent le coût. Au sein de pays dans lesquels la société de télécommunication dominante ne rencontre que très peu de concurrence, cette société peut effectivement réaliser des marges élevées. Il semble que la Libra promette ici des effets de rupture pro-concurrentiels.Mais il s’agit ici encore d’une douce illusion car, dans la réalité, ces mêmes télécoms qui ont exercé avec succès un lobbying contre les entrées dans leur secteur useront également de leur pouvoir pour faire obstacle à l’autorisation réglementaire de la Libra.Si le problème pour les économies et les services financiers réside dans le manque de concurrence, les populations des pays en voie de développement doivent se tourner vers leurs propres régulateurs et décideurs politiques. Car ce n’est pas Mark Zuckerberg qui le solutionnera.Traduit de l’anglais par Martin Morel

Barry Eichengreen is Professor of Economics at the University of California, Berkeley, and a former senior policy adviser at the International Monetary Fund. His latest book is The Populist Temptation: Economic Grievance and Political Reaction in the Modern Era.

La démocratisation de l’entreprise (ECE1)

Entretien avec M.Fleurbaey; la question de l’entreprise est abordée à partir de 7mn54

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Marc-Fleurbaey-Penser-a-nouveau-le-progres-social_3747413.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC181019

La française Esther Duflo, Prix Nobel d’économie 2019

Esther Duflo, un choix inédit pour le Nobel d’économie 2019

La chercheuse française est colauréate avec les américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer, tous trois récompensés pour leurs expériences de terrain dans la lutte contre la pauvreté. Elle est la plus jeune et la deuxième femme jamais récompensée.

Par Publié aujourd’hui à 05h42, mis à jour à 08h48

Esther Duflo reçoit son prix nobel d’économie à l’université MIT de Cambridge, Massachusetts le 14 octobre.
Esther Duflo reçoit son prix nobel d’économie à l’université MIT de Cambridge, Massachusetts le 14 octobre. JOSEPH PREZIOSO / AFP

La plus jeune (46 ans), l’une des deux seules femmes (après Elinore Ostrom en 2009), le quatrième Français (contre 62 Américains) lauréat du Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel : Esther Duflo « coche » plusieurs cases qui marquent cette édition 2019 du Nobel d’économie.

Mais à travers elle et ses deux colauréats, les Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer, ce sont en réalité les travaux d’un laboratoire de recherche, le Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL), qui sont récompensés.

Les deux premiers, mari et femme à la ville, ont cofondé le J-PAL en 2003 au Massachusets Institute of Technology (MIT) ; le troisième, Michael Kremer, ancien du MIT aujourd’hui à Harvard, a publié, en 2004, un article marquant dans la revue Econometrica, où il utilisait une méthode banale de la recherche médicale, « l’évaluation par échantillonnage aléatoire » (randomized controlled trials, RCT), pour évaluer l’impact de l’administration d’un médicament à des enfants kenyans sur… leur fréquentation scolaire. Le principe de la RCT est d’évaluer l’efficacité d’un traitement en comparant la situation d’un échantillon de population « traitée » à celle d’une population non-traitée.

Lire aussi Le Nobel d’économie à Esther Duflo, Michael Kremer et Abhijit Banerjee pour leurs travaux sur la lutte contre la pauvreté

La méthode n’est en fait pas nouvelle en sciences sociales : elle a été utilisée dans les années 1960 pour évaluer les effets des mesures de la « guerre à la pauvreté » du président Lyndon B. Johnson. Mais elle était tombée en désuétude, les économistes préférant baser leurs prescriptions sur des modélisations mathématisées à partir de statistiques – y compris la modélisation des comportements humains – plutôt que sur des expériences de terrain.

Améliorer les politiques publiques

Partant du constat de l’échec des « grands programmes » de lutte contre la pauvreté appliqués selon les mêmes modalités quelles que soient les réalités locales, le J-PAL a systématisé cette méthode dans ce domaine.

En observant de près les changements de comportement des populations face à une aide financière, une nouvelle technologie, une nouvelle réglementation, etc., il est possible, affirme le J-PAL, d’améliorer les politiques publiques. Le J-PAL compte aujourd’hui 180 chercheurs et cinq antennes implantées en Afrique du Sud, au Chili, en Indonésie, en Inde et en France, dédiés à ce type d’expérimentations menées le plus souvent en interaction avec les acteurs de terrain, mais aussi à la formation des experts chargés de leur évaluation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Mesurer l’impact des politiques publiques est un exercice indispensable »

Cette approche a conquis des sphères de plus en plus larges tout d’abord dans le monde académique – Esther Duflo a reçu le prix du meilleur jeune économiste décerné par le Cercle des économistes et Le Monde en 2005, la médaille John Bates Clark en 2010, celle du CNRS en 2011, et désormais le Nobel.

Dans l’équipe Obama

Mais aussi politique : aux Etats-Unis, le président Barack Obama l’avait désignée comme conseillère de son administration en 2012 ; la Banque mondiale, plusieurs ONG, des agences de développement et des gouvernements ont adopté les vues du J-PAL, et Esther Duflo aime à présenter les économistes comme les « plombiers » chargés de réparer les tuyaux percés des politiques publiques.

Lire aussi Esther Duflo : «  »Obamacare » est peut-être la seule grande réussite d’Obama »

Le prix Nobel ne peut que renforcer l’engouement pour cette approche, qui suscite désormais un afflux d’étudiants, de thèses et de publications.

Au point d’irriter certains collègues, dont les prix Nobel Angus Deaton et Joseph Stiglitz, qui voient dans cette polarisation sur la microéconomie expérimentale, dont les adeptes sont qualifiés narquoisement par le premier de « randomistas », un risque majeur : celui de négliger l’analyse macroéconomique des structures économiques et des institutions, qui orientent en définitive les politiques de développement.

Tournant empirique de la science économique

Sans parler des risques méthodologiques : pourquoi des résultats observés en un lieu et un temps donné autoriseraient à tirer des conclusions pour d’autres lieux et d’autres temps ? Et si le constat est que les résultats sont spécifiques à l’expérimentation, quel en est alors l’intérêt scientifique, même si l’expertise locale s’en trouve améliorée ?

Il n’en reste pas moins que l’académie Nobel n’avait plus récompensé d’économistes s’intéressant aux questions de développement et de pauvreté depuis Gunnar Myrdal (1974), Arthur Lewis (1979) et Amartya Sen (1998).

Lire aussi Esther Duflo : des neurones contre la misère

Un retour qui traduit le tournant empirique de la science économique, après des décennies de lauriers offerts aux adeptes de la modélisation théorique.