« Build Back Better » : que contient le plan à 1 800 milliards de dollars de Joe Biden ?

Le texte adopté par la Chambre des représentants prévoit de nombreuses réformes en matière de santé, d’éducation et d’écologie ainsi que des investissements pour lutter contre la fraude fiscale. Article rédigé par

franceinfo avec AFP France Télévisions Publié le 20/11/2021 12:36 Mis à jour le 20/11/2021 12:36 Temps de lecture : 3 min.

Le président américain, Joe Biden, le 19 novembre 2021, à Washington (Etats-Unis). (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Le président américain, Joe Biden, le 19 novembre 2021, à Washington (Etats-Unis). (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

« Build Back Better » ou comment « reconstruire en mieux ». Le gigantesque plan de réformes sociales et environnementales à 1 800 milliards de dollars du président américain Joe Biden a été adopté vendredi 19 novembre par la Chambre des représentants.

Ce vote intervient trois jours après la signature par le chef de l’Etat démocrate du premier volet de son grand plan économique. Sa loi d’infrastructures est le plus vaste programme de travaux publics aux Etats-Unis depuis que Dwight Eisenhower a créé le réseau d’autoroutes inter-Etats en 1956.

Prochaine étape pour le plan « Build Back Better », le Sénat, où son examen et son adoption promettent d’être plus difficiles, avant un retour à la chambre basse du Congrès, probablement en décembre ou janvier. Voici ce que contient le texte.

Des avancées sociales conséquentes

Le gigantesque volet social de ce plan prévoit l’accès gratuit à une structure scolaire pour les enfants de 3 et 4 ans. Une enveloppe de 109 milliards de dollars est dévolue à ce programme qui pourrait bénéficier à quelque 6 millions d’enfants, selon le journal USA Today (en anglais).

Le plan « Build Back Better » prévoit aussi un investissement de 276 milliards environ sur 6 ans pour la garde des enfants de moins de 6 ans. La mesure prévoit que les dépenses de garde d’enfants soient plafonnées à 7% du revenu d’une famille pour les ménages ayant des revenus faibles ou modérés.

Le texte inclut aussi un congé payé de quatre semaines pour raison familiale et médicale pour les travailleurs américains. La proposition initiale de 12 semaines, portée par Joe Biden, a été abandonnée au cours des négociations. La loi actuelle prévoit un congé pouvant aller jusqu’à 12 semaines, mais sans solde.

Avec ce plan, le Medicare, un système public d’assurance-santé destiné aux plus de 65 ans et aux plus modestes, couvrirait les coûts des soins auditifs. La proposition, défendue notamment par Bernie Sanders, de l’étendre aux soins dentaires et ophtalmiques n’a pas été retenue. Le texte permet aussi désormais au gouvernement de négocier avec les laboratoires pharmaceutiques les prix de certains médicaments.

L’accès au logement, y compris dans les zones rurales, serait étendu avec la construction de plus d’un million de maisons à louer, des aides pour le paiement du loyer et pour un crédit immobilier. Une enveloppe de 150 milliards est prévue à ces fins. Le plan doit aussi permettre d’étendre les distributions de repas gratuits dans les écoles américaines publiques en faveur des élèves issus de familles à faibles revenus.

Des mesures pour l’environnement

Le projet de loi comprend plus de 550 milliards de dollars de dépenses en faveur des énergies « propres » et pour lutter contre le dérèglement climatique. Il promet de remplacer par des modèles électriques les autobus scolaires et les camions du service postal. Il doit aussi financer la restauration des écosystèmes, dont ceux des Grands Lacs, dans le nord-est des Etats-Unis. Il doit interdire également les forages pétroliers en mer, autorisés par Donald Trump. 

Un Civilian Climate Corps verrait le jour, doté de 30 milliards de dollars. Il s’agirait d’une armée de jeunes militants, rémunérés au moins 15 dollars de l’heure, pour lutter contre les effets du dérèglement climatique, en plantant des arbres ou en aidant des communautés à mener à bien leur transition écologique.

Des recettes fiscales à venir

Ce plan « va réduire le déficit de plus de 100 milliards de dollars sur dix ans », a assuré Joe Biden sur Twitter, et il permettra de « baisser les coûts, créer des emplois et reconstruire notre économie ». La Maison Blanche promet que ses ambitieuses réformes sociales créeront des millions d’emplois.

Les républicains voient, eux, un exemple de ce qu’ils dénoncent comme la folie dépensière de leurs adversaires démocrates. Le bureau du budget du Congrès a calculé que le plan de Joe Biden augmentera le déficit de 367 milliards de dollars sur dix ans. Mais pour la Maison Blanche, l’estimation ne tient pas compte des économies possibles liées à la fiscalité. 

Le plan entend aussi renforcer l’Internal Revenue Service (IRS), le fisc américain, en lui octroyant 80 milliards supplémentaires, afin notamment notamment de faire la chasse aux fraudeurs fortunés. Le département du Trésor estime que cet effort se traduira par 479,6 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires. Mais le Congrès table sur une projection autour de 207 milliards de dollars. Voir les commentaires