La réglementation contre la pollution (Le Monde)

Le fioul lourd, ultrapolluant, banni des eaux territoriales islandaises

Lors de sa combustion, ce carburant émet des particules de soufre hautement nocives pour la santé et contribue aux émissions de gaz à effet de serre.

Le Monde avec AFP Publié le 06 décembre 2019 à 18h44 – Mis à jour le 06 décembre 2019 à 19h21

Temps de Lecture 2 min.

L’Islande a annoncé vendredi 6 décembre l’interdiction quasi totale des navires consommant du fioul lourd dans ses eaux territoriales. Le ministère de l’environnement a fait savoir qu’il abaissait la teneur en soufre autorisée dans ses eaux de 3,5 % à 0,1 % à compter du 1er janvier 2020.

« Avec ces changements que je viens de signer, l’Islande aura les normes parmi les plus strictes du monde en matière de fioul », s’est félicité le ministre Gudmundur Ingi Gudbrandsson, cité dans un communiqué. Les eaux territoriales islandaises s’étendent sur 12 miles marins (22,2 kilomètres) entre les côtes islandaises et le front de mer.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le transport maritime met le cap vers sa décarbonation

La limitation à 0,1 % s’applique déjà pour les navires à quai dans les ports de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2010 et dans des zones d’émission contrôlée (ECA). Il en existe quatre dans le monde, notamment en mer Baltique et en mer du Nord.

Le fioul lourd, utilisé pour la propulsion des cargos et bateaux de croisière, pollue plus que n’importe quel autre carburant. Lors de sa combustion, il émet des particules de soufre hautement nocives pour la santé et contribue aux émissions de gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique.

« Un pas en avant »

Son rejet dans l’atmosphère est aussi en partie responsable d’un dépôt de suie sur les glaciers islandais. Le carbone noir qu’elle contient, exposé aux rayonnements solaires, absorbe plus de chaleur et accélère ainsi la fonte de la glace. En 2018, il représentait près d’un cinquième du combustible marin utilisé en Islande, selon un rapport de l’Agence islandaise de l’environnement.

Le gouvernement islandais emboîte le pas de manière plus draconienne à la convention internationale pour la prévention de la pollution marine par les navires (MARPOL), qui prévoit de ramener le taux de soufre à 0,5 % au 1er janvier, contre 3,5 % actuellement. Les navires peuvent toutefois continuer à préférer le fioul lourd, à condition de s’équiper d’épurateurs pour extraire le soufre des gaz d’échappement. Ces équipements, appelés « scrubbers », sont coûteux et certains navires rejettent en mer leurs eaux de lavage.

Lire aussi Pour la première fois en France, un navire de croisière est condamné pour pollution de l’air

Si l’Association islandaise pour la conservation de la nature salue « un pas en avant », elle demande l’interdiction pure et simple du fioul lourd.

Les secteurs de la pêche et du transport maritime cumulaient 17 % des émissions totales de CO2 en Islande en 2016, selon l’Institut national de la statistique, derrière le transport aérien (33 %) et l’industrie lourde (30 %). L’Organisation maritime internationale (OMI) a déjà imposé pareille interdiction en Antarctique depuis le 1er août 2011 et travaille à une mesure similaire en Arctique qui pourrait être adoptée en 2021.