Transition énergétique et régulation bancaire (Le Monde -J.Couppey-Soubeyran)

LA CHRONIQUE DE JÉZABEL COUPPEY-SOUBEYRAN

Banques, banquise et pingouins

Les banques ne peuvent plus ignorer la banquise, car le dérèglement climatique est une nouvelle source de risques pour elles. La banquise ne tiendra pas longtemps non plus sans l’attention des banques, car la transition écologique a grandement besoin de financement. Mais attention aux pingouins qui braient qu’il suffira pour cela d’un peu d’incitation – par exemple un allégement de la réglementation bancaire…
Le dérèglement climatique pourrait affecter les bilans des banques et des autres intermédiaires financiers de multiples manières. En créant bien sûr des dommages à rembourser, en détruisant des valeurs d’actifs immobiliers, d’entreprises, etc. Egalement en les exposant à des risques de transition, car le « verdissement » de leurs emprunteurs, engagés dans de nouveaux modèles économiques bas carbone, ne réussira pas sans quelques échecs. Mais aussi parce que, de plus en plus, leur responsabilité se trouvera engagée si, par-delà les critères environnementaux naissants, elles continuent de financer aveuglément de gros émetteurs de CO2.
Les banques n’ignorent pas ou plus ces risques que Mark Carney – gouverneur de la Banque d’Angleterre et président du Conseil de stabilité financière – avait mis en lumière dans son discours « Briser la tragédie des horizons », le 29 septembre 2015 à Londres. Ce discours a depuis lors inspiré d’autres banquiers centraux et superviseurs. A l’initiative de la Banque de France lors du One Planet Summit de décembre 2017, un réseau consacré au verdissement du système financier s’est constitué. Le Network of Central Banks and Supervisors for Greening the Financial System produira des travaux d’évaluation instructifs. La banque centrale des Pays-Bas a, par exemple, commencé à introduire le risque climatique dans un stress test bancaire (DNB Occasional Studies n0 16-7, 2018), estimant que le risque climatique pourrait – au minimum car le scénario n’inclut ni destruction d’actifs ni effets en chaîne – faire perdre aux banques un tiers de leurs fonds propres !
Pratiques hétérogènes
Les banques ne peuvent donc plus détourner le regard de la banquise. Or, les besoins de financement de la transition écologique sont colossaux. Dans leur livre Finance, climat, réveillez-vous ! (Indigène Editions, 2018), Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou reprennent le chiffre de la Cour des comptes européenne, qui les estime à 1 115 milliards d’euros par an entre 2021 et 2030 pour les pays de l’Union, s’ils veulent réduire de 40 % leurs émissions de CO2 d’ici à 2030. Si, à première vue, le chiffre paraît astronomique, il est, tout bien pesé, à la mesure des 31 000 milliards d’euros d’actifs que les banques européennes détiennent à leur bilan (contre environ 20 000 pour les banques américaines et 133 000 pour le secteur bancaire au niveau mondial – conversion en euros des chiffres du « Global Monitoring Report on NBFI 2018 Monitoring Dataset », publié par le Financial Stability Board en février 2019). La question n’est clairement pas celle d’un manque de moyens, mais de leur fléchage.
Peut-on compter sur les banques pour qu’elles orientent spontanément leurs ressources vers la transition écologique ? Certaines s’engagent déjà dans cette voie, et les analyses comme celles de l’ONG Carbon Disclosure Project les y invitent. Mais les pratiques restent hétérogènes, le plus souvent associées au risque de réputation. Aucune banque n’a publié le détail de ses expositions selon l’éventail du vert au brun… Ce serait pourtant une bonne façon de convaincre clients et créanciers qu’il s’agit bien d’une démarche sincère, et non d’un verdissement de surface. Des études ont même montré que les banques les plus « responsables » en surface sont souvent les moins « vertueuses » (« Corporate Social Responsability for Irresponsability », Matthew Kotchen et Jon Jungbien Moon, NBER Working Paper Series no 17254, 2011).
Mais pour que les bilans des banques verdissent, il faut que la régulation financière verdisse aussi, et surtout pas en allégeant les contraintes de celles qui se signaleraient comme les plus vertueuses : c’est pourtant l’idée du « bonus prudentiel », ou green supporting factor, soutenu par la Fédération bancaire française. Car, pour faire face au risque climatique, la capacité des banques à absorber des pertes doit augmenter et non diminuer.
C’est aussi la politique monétaire qui doit verdir, en conditionnant les sommes mises à la disposition des banques à l’obligation de contribuer au financement d’investissements bas carbone. La puissance publique se doit de fixer la direction à suivre. La mise en place d’une banque publique européenne du climat est une excellente initiative, mais il faudra aller plus loin, avec des obligations publiques vertes pour que le secteur privé ne craigne plus de s’engager.
Ce n’est pas que l’isolation thermique de nos bâtiments qu’il s’agit de rénover, mais tout notre modèle de croissance. Les banques ont là une formidable occasion de réorienter leur modèle d’activité vers les besoins de l’économie réelle à un horizon de long terme, horizon qu’elles n’auraient pas dû abandonner. Mettre la finance au service du climat, c’est la remettre au service du citoyen, c’est faire le tri entre celle qui est utile et celle qui ne l’est pas dans une financiarisation dont les excès n’ont toujours pas été résorbés depuis la crise. L’objectif ultime restant « moins de banquiers, plus de banquise » !
Jézabel Couppey- Soubeyran est économiste,
maîtresse de conférences
à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment écrit « Blablabanque. Le discours de l’inaction » (Michalon, 2015)

La politique climatique dans l’UE (Le Monde)

Réchauffement climatique : l’inertie coupable de l’Union européenne

Audrey Garric

(Service Planète)

ANALYSE
En matière d’écologie et de climat, il y a les « petits pas » dénoncés par Nicolas Hulot, l’ancien ministre de la transition écologique et solidaire. Et le surplace. C’est l’allure que semble avoir adoptée l’Union européenne : les chefs d’Etat et de gouvernement ne sont pas parvenus à s’entendre, les 21 et 22 mars, pour rehausser leurs efforts dans la lutte contre le changement climatique. Un nouvel échec après une première tentative en octobre, malgré la très forte mobilisation citoyenne, notamment des jeunes.
A l’échelle mondiale, les Etats sont pourtant engagés dans un marathon pour limiter le dérèglement climatique. Une course qui a pris des allures de sprint ces derniers temps, à mesure que l’inaction politique rétrécissait les années comptées par les scientifiques. Or les engagements des pays, dont ceux de l’UE (− 40 % d’émissions d’ici à 2030 par rapport à 1990), sont insuffisants pour respecter l’objectif de limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C, et si possible à 1,5 °C, comme le prévoit l’accord de Paris de 2015.
C’est pourquoi la Commission européenne pousse pour adopter un objectif de neutralité carbone d’ici à 2050, parmi les scénarios qu’elle propose dans le cadre de sa stratégie à long terme. Le 14 mars, le Parlement de Strasbourg a approuvé cette idée et celle d’un accroissement de l’effort pour atteindre − 55 % des rejets d’ici à 2030. Mais les dirigeants sont plus que jamais divisés sur le climat, paralysés par une ligne de fracture Ouest-Est qui ne cesse de se creuser. D’un côté, une dizaine d’Etats (France, Pays-Bas, Luxembourg, Espagne, Portugal, Suède ou encore Danemark) demandent une mention claire de l’objectif de neutralité carbone au milieu du siècle ; de l’autre, la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque s’opposent à toute référence à 2050 et à l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C. Or, en matière de climat comme de fiscalité, les décisions se prennent à l’unanimité dans l’Union.
Lors du sommet des 21 et 22 mars, l’Allemagne a créé la surprise en soutenant le camp des réfractaires pour demander un report de la discussion au prochain sommet en juin. Malgré un accord pour sortir du charbon au plus tard en 2038, le pays est toujours empêtré dans des conflits au sein de sa coalition gouvernementale, notamment entre la ministre de l’environnement Svenja Schulze (SPD) et le ministre de l’économie Peter Altmaier (CDU). Tous attendent l’adoption d’une loi climat, qui doit être présentée au printemps, pour entériner les conclusions de la commission sur le charbon..
Mais Berlin n’est pas la seule responsable. Au-delà des incertitudes liées au Brexit, qui freinent toute avancée, Paris pèche également par le décalage entre ses discours et ses actes, en raison du retard pris dans le respect de ses objectifs climatiques. Toute « championne du climat » qu’elle soit, la France ne peut désormais plus compter sur sa seule diplomatie pour entraîner les autres pays dans son sillage et relancer le couple avec l’Allemagne. Elle doit mettre en œuvre des politiques nationales ambitieuses (dans la loi d’orientation des mobilités, la « petite loi » énergie-climat, etc.) afin de retrouver à la fois une crédibilité auprès de ses voisins et un effet d’entraînement.
Cette bataille en matière climatique est de fait purement politique. Les mutations économiques récentes prouvent que l’Europe est capable d’aller plus loin, plus vite. Dans une étude publiée le 26 mars, le think tank britannique Sandbag montre que l’Union, troisième pollueuse mondiale après la Chine et les Etats-Unis, peut limiter de 50 % ses émissions d’ici à 2030 par la simple application des politiques communautaires et nationales existantes.
Présenter des plans « réalistes et concrets »
Les experts parviennent à ce résultat en mettant bout à bout le paquet énergie-climat de 2014, renforcé en juin 2018 par des objectifs plus ambitieux pour les énergies renouvelables (32 %) et l’efficacité énergétique (− 32,5 %), et l’accord trouvé en février 2019 pour réduire les émissions de CO2 des poids lourds. A quoi il faut ajouter les plans de sortie du charbon pris par une bonne dizaine de pays (France et Suède en 2022, puis Italie, Irlande, Autriche, Pays-Bas, Finlande, etc.).
Ne reste finalement qu’à inscrire dans le marbre de nouveaux objectifs plus ambitieux, une décision nécessaire et urgente. D’abord, en vue du sommet sur le climat convoqué le 23 septembre par le secrétaire général de l’ONU. Antonio Guterres appelle les Etats à venir non pas avec des discours, mais avec des plans « réalistes et concrets » pour accroître leurs engagements climatiques d’ici à 2020 – comme le prévoit l’accord de Paris. L’Europe ne peut se permettre d’arriver les mains vides. D’autant que la Chine, moins prompte à agir en raison du ralentissement de sa croissance économique, ne sera en mesure d’accroître ses efforts qu’après avoir trouvé un terrain d’entente avec Bruxelles.
Ensuite, parce qu’un accord sur la neutralité carbone en 2050 donnerait une feuille de route claire au nouveau Parlement et à la nouvelle Commission sur les mesures à prendre dans les cinq prochaines années, à la suite des élections européennes de mai. Ce rendez-vous électoral peut justement changer la donne, par exemple si les Verts arrivent deuxièmes en Allemagne ou si le parti au pouvoir en Pologne, Droit et justice (PiS), perd du terrain.
Les financements, nerf de la guerre des politiques climatiques, sont également à même de faire bouger les lignes. Alors que le budget européen est en cours de négociations, les chefs d’Etat et de gouvernement doivent décider de la part consacrée à l’action climatique dans les 1 200 milliards d’euros prévus pour la période 2021-2027. Une hausse de l’enveloppe permettrait d’amortir le choc de la transition écologique pour les régions dépendantes des énergies fossiles et débloquer la situation. Pour enfin avancer.

Les inégalités en France (Le Monde)

Les paradoxes du système social français

Marie Charrel

En France, la politique de redistribution est efficace pour limiter la pauvreté. Mais le poids des déterminismes sociaux demeure écrasant
Le système social et fiscal français protège-t-il suffisamment contre les inégalités ? Ces derniers mois, la crise des « gilets jaunes » a mis cette question sur le devant de la scène avec une acuité particulière. « Il règne néanmoins un certain flou sur les données à étudier lorsque l’on parle d’inégalités, et cela complique le diagnostic », prévient Lucas Chancel, économiste à l’Ecole d’économie de Paris et codirecteur du Laboratoire sur les inégalités mondiales (World Inequality Lab, WIL). Faut-il se concentrer sur les écarts des revenus ? Passer plutôt au crible les patrimoines ? Comment mesurer ce que l’on appelle, au juste, l’égalité des chances ?
Pour apporter leur pierre au débat, les chercheurs du WIL ont analysé les données du fisc et des comptes nationaux, afin de déterminer comment le revenu national se répartit entre les Français, et comment la redistribution s’effectue. Résultat : « La part des revenus captée par les 10 % les plus riches est relativement élevée dans notre pays, mais le taux de pauvreté y est aussi l’un des plus bas d’Europe », résume M. Chancel.
Dans le détail, la proportion du revenu national capté – avant impôt – par les 10 % de Français les plus riches s’élève à 32 %, contre moins de 30 % dans les pays scandinaves et en Italie, 30 % en Espagne et 35 % en Allemagne. En revanche, le taux de pauvreté – après impôt – est de 14,7 % en France, contre 16,1 % en Allemagne, 16,5 % au Danemark ou 20 % en Italie. « L’efficacité des transferts sociaux et des mécanismes de redistribution a permis de maintenir la pauvreté française à un niveau parmi les plus bas d’Europe, détaille la nouvelle étude publiée, le 2 avril, par le WIL.
Après impôts, prélèvements et transferts sociaux, la part du revenu capté par les plus pauvres remonte en effet de 21,7 % à 27 %. « Cependant, l’importance des taxes indirectes, comme la TVA, et le faible poids de l’impôt sur le revenu conduisent à une régressivité de l’impôt au sommet de la distribution », souligne l’étude. Comprendre : les 1 % les plus riches sont proportionnellement moins imposés.
En outre, les inégalités avant impôts se sont accrues depuis trente ans dans l’Hexagone. Les précédents travaux du WIL menés avec l’Institut des politiques publiques ont ainsi montré que la part des 10 % les plus riches dans les revenus du capital et du travail est passée de 30 % à plus de 32 % entre 1990 et 2018, tandis que celle des 50 % les plus pauvres est passée de 23,5 % à 21,7 %.
« L’ascenseur social est en panne »
Le système tricolore échoue en revanche à corriger d’autres types d’inégalités, vécues comme particulièrement injustes par les Français. A l’exemple de celles concernant l’accès à la propriété, dont les jeunes ménages modestes sont de plus en plus exclus. Selon la Banque de France, 34 % des 25-44 ans aux revenus les plus faibles étaient propriétaires en 1973, contre 16 % aujourd’hui, alors que, dans le même temps, le taux de propriétaires parmi les jeunes ménages aisés est passé de 43 % à 66 %. En cause : le nombre de foyers monoparentaux a explosé parmi les premiers, tandis que les seconds profitent plus largement des aides parentales et des héritages. Sans oublier, bien sûr, la hausse des prix immobiliers.
Plus inquiétant, le modèle français peine à enrayer le poids des déterminismes sociaux. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il faut plus de six générations à une personne en bas de l’échelle de la distribution des revenus pour en rejoindre la moyenne. « L’ascenseur social est en panne, et depuis longtemps », explique Laurence Boone, économiste en chef de l’OCDE. Une inégalité des chances en grande partie liée au système éducatif, qui échoue à enrayer la reproduction sociale : les enfants issus de famille modeste affichent des résultats scolaires moins bons et ont moins accès aux diplômes garantissant un emploi de qualité.

L’Europe sociale avance peu (Le Monde)

Pourquoi l’Europe avance à tout petits pas sur le social

Cécile Ducourtieux

(Bruxelles, Bureau Européen)

Si la montée des inégalités, aiguisée par la crise financière, est désormais admise, y compris par la droite européenne, comme un facteur majeur de déstabilisation des sociétés occidentales, les solutions que Bruxelles a pu offrir jusqu’à présent pour les enrayer restent limitées. Et pour cause : sur ces sujets, l’Union européenne (UE) est historiquement divisée et manque encore de compétences.
Contrairement à son prédécesseur, José Manuel Barroso, Jean-Claude Juncker, l’actuel président de la Commission (son mandat se termine en octobre), a tenu à remettre les préoccupations sociales au premier plan. La démarche de ce chrétien-social, fils de métallurgiste, ayant commencé sa carrière comme secrétaire d’Etat au travail et à la sécurité sociale du Luxembourg, n’était pas feinte.
Elle a pu faire bouger les lignes, mais pas suffisamment pour faire prendre un grand virage social à l’UE ces quatre dernières années. Des exemples ? M. Juncker fut un des grands promoteurs du « socle européen des droits sociaux », adopté en grande pompe lors d’un sommet européen à Göteborg (Suède), fin 2017. Ce programme déroule vingt « principes et droits » : « Toute personne a droit à une éducation inclusive et de qualité » ; « L’égalité de traitement et l’égalité des chances entre les femmes et les hommes doivent être assurées et favorisées dans tous les domaines » ; « Les travailleurs ont droit à un salaire juste permettant un niveau de vie décent », etc.
Modestes avancées
Mais aucun de ces principes n’ayant de caractère contraignant, l’exercice est resté largement symbolique. Pour preuve : les dirigeants polonais, tchèques ou hongrois, qui y ont participé, sont opposés à des textes législatifs trop protecteurs envers les salariés, car jugés protectionnistes… Et ceux du Nord, Finlandais, Suédois, Danois, ont jusqu’à présent jalousement défendu leurs systèmes de protection sociale très avancés, redoutant des initiatives bruxelloises aboutissant à un nivellement par le bas.
Autre illustration des profondes divisions transpartisanes au Parlement européen, le retard pris dans l’adoption d’une position commune au sujet des conditions de travail dans le transport, pourtant soumis à des abus considérables. Quant à la nouvelle directive « relative à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée », pour laquelle un accord définitif a été trouvé le 24 janvier, elle constitue une avancée, mais très modeste.
Le texte instaure un congé parental d’au moins quatre mois, mais dont la rémunération sera laissée à l’appréciation des Etats, « à un niveau adéquat ». Cette fois, la France faisait partie des pays bloquant la proposition initiale de la Commission, consistant à payer les parents au niveau des indemnités maladie : celle-ci a été jugée trop coûteuse.
Dans ce contexte, peu nombreux sont les experts qui, à Bruxelles, estiment réaliste la proposition d’un salaire minimum européen, reprise par le président Emmanuel Macron à la gauche européenne. Certes, le Comité économique et social européen (CESE) a adopté en février un avis appelant à l’adoption d’une directive instaurant ce revenu minimum. Mais les représentants des employeurs au sein de cet organe consultatif de l’UE ont voté contre, estimant, une fois de plus, que la question devait rester traitée au niveau national.